L'entretien d'évaluation : le grand malentendu !

Sur le papier, ce moment est un rendez-vous annuel clé entre un manager et son collaborateur.

En théorie, il réassure la motivation des équipespar l'apport d'une vision plus claire de la direction prise par l’entreprise et de ce qu’on attend de lui :

  • Avec des perspectives de progression dans ses compétences voire une évolution de son poste
  • Avec une idée précise de la manière dont son travail est perçu
  • Avec un relationnel et une confiance renforcés entre lui et son N+1.

Dans la pratique, soyons honnêtes, nous connaissons beaucoup de personnes qui ressortent de leur entretien démotivées.

Le grand malentendu repose sur le fait que l’entretien d’évaluation n’est pas qu’une formalité RH.

Trop de managers mènent cet entretien par défaut, poussés au train par un service ressources humaines souhaitant de bon indicateurs sur le taux de réalisation.

Dans ces conditions l’image renvoyée au collaborateur est déplorable :

  • Un entretien subi : le manager a la tête ailleurs... Tous les signes de communication non verbale montrent qu’il le vit comme une obligation. Le collaborateur a l’impression d’être en RDV contraint dans l’agenda de son chef et cet entretien est bien souvent décalé plusieurs fois.
  • Un entretien automatisé : beaucoup de managers commettent l’erreur de commencer l’entretien annuel avec le support sous les yeux. Dès lors, les jeux sont faits... il n’est plus question d’échange, tout se résume à devoir remplir une matrice.

Si vous souhaitez faire de cet entretien individuel une étape constructive, et pour vous et pour votre interlocuteur, quelques applications sont nécessaires mais nous vous promettons que ces heures ne seront plus jamais perdues !

Voici nos 10 conseils simples et efficaces pour réellement valoriser votre entretien annuel d'évaluation :

  • NEUTRALITE : Commencer l’entretien avec un bureau vide devant soi pour bien signifier l'importance du collaborateur lui-même.
  • ECOUTE : Faire parler d’abord le salarié sur son vécu de l’année avant d’aborder le bilan de ses performances. L’écoute active permet d’élever le niveau d’attention et met l'interlocuteur dans de bonnes dispositions de coopération pour la suite.
  • ENVIE : Si c’est la première fois que l’entretien se met en place dans l’équipe, ne pas hésiter à organiser une réunion pour expliquer la démarche, le déroulement et déminer les 
  • inquiétudes. Idéalement, pour donner envie au salarié de participer pleinement à l’exercice.
  • ASSERTIVITE : Au lieu de souligner ce qui ne va pas : « ça, c’est un problème » mieux vaut montrer ce qu’on attend :  « Par rapport à ce qui passe avec tel point, j’aimerai que tu arrives à fonctionner de telle manière », « j’aimerai t’amener à tel niveau ».
  • VEILLE CONTINUE : Noter les faits marquants tout au long de l’année pour garantir l’objectivité du bilan et faciliter la préparation.
  • BIENVEILLANCE : Ne pas évoquer de reproches pour la première fois pendant l’entretien. S’ils n’ont pas été partagés pendant l’année, il ne faut pas en parler maintenant au risque de détériorer la confiance.
  • EXPLICATIONS : Repositionner le parcours du salarié dans la logique des poupées russes. Resituer la stratégie de l’entreprise, la place de l’équipe dans cette stratégie et enfin le rôle du salarié dans l’équipe.
  • SELF-DEFENSE : Ne pas commencer avec un salarié compliqué surtout quand on débute. Il vaut mieux se roder sur la technique et le déroulé de l’entretien avec un salarié « facile ». D’autant que les premiers retours faits entre salariés ont beaucoup d’impact sur leur motivation à venir.
  • EGALITE : Etre attentif aux signes qui renvoient l’image d’une relation parent-enfant : convocation très protocolaire, placement autour de la table, façon de prendre les notes, questionnement.
  • COHESION :  S’assurer pour chaque salarié d’émettre des engagements à son égard (accompagnement, temps de formation, disponibilité,…) et les tenir ! Cela évitera l’éternel : « ça ne sert à rien », s’il n’y a aucune suite concrète donnée à l’entretien.

Pour finir sur une touche d'humour, une vidéo du Management Comedy !

© Management Comedy, 2009.

Media